Hommages à Jean Castarède

Hommages à Jean Castarède

Hommage de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à Jean Castarède

PUBLIÉ LE 19.05.2015 À 22H15
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Jean Castarède nous a quittés le 12 mai. Il avait 81 ans.

Economiste, historien, Jean Castarède était aussi un haut fonctionnaire dont les talents auront été sollicités par bien des ministres, aussi bien ceux de l’industrie que de l’Aménagement du Territoire, de l’Information et, bien sûr, de la Culture. Au sein de ce ministère, Jean Castarède aura été directeur de l’administration générale, sous l’autorité de quatre ministres : Michel Guy, Françoise Giroud, Michel d'Ornano et Jean-Philippe Lecat. Il terminera son parcours comme contrôleur d’État du Centre national de la cinématographie. Il avait également été directeur de cabinet de Jean-Jacques de Bresson à l’ORTF. Avec passion, engagement et détermination, Jean Castarède se sera aussi consacré, jusqu’à ces derniers jours, à ses tâches de Président du Centre Chorégraphique de la Rochelle (dirigé par Kader Attou) et du festival de la Chanson française d’Aix en Provence. Nous perdons un grand serviteur de l’Etat qui, en toutes circonstances, dans toutes ses fonctions, aura été guidé par une très vive conscience de l’importance des politiques culturelles, aussi bien pour que les artistes trouvent toute leur place dans notre société que pour favoriser l’épanouissement personnel de chacun comme notre vivre ensemble. Mes pensées vont à sa famille et à ses proches.

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Hommage-a-Jean-Castarede

ARMAGNAC INFO - LETTRE 218 - 15 MAI 2015

JEAN CASTARÈDE : UN MOUSQUETAIRE DE L'ARMAGNAC S'EST ÉTEINT

Nous apprenons avec tristesse la disparition de Jean Castarède.
Cet infatigable Mousquetaire de l'Armagnac, érudit Gascon, a œuvré passionnément, et avec force, pour notre filière. À côté de ses nombreuses responsabilités dans la haute fonction publique et dans la vie économique et culturelle française, il a longtemps participé aux travaux interprofessionnels. Spécialiste du luxe, membre du Conseil d'Administration pendant plus de 13 ans, de 2000 à 2013, mais également Président de la Commission Économique, Promotion et Marketing du BNIA jusqu'en 2004, il a largement contribué au développement de l'image et de la notoriété de l'Armagnac sur tous les continents et auprès des grands de ce monde. La Présidente, Corinne Lacoste-Bayens, les membres du Conseil d'Administration, le directeur, Sébastien Lacroix, et toute l'équipe du BNIA expriment leur très sincères condoléances à tous les siens et plus particulièrement à sa fille Florence.

SUD OUEST - Jean Castarède est décédé

Publié le 19/05/2015 à 03h49 , modifié le par 

 

Le producteur d’armagnac et éditeur sera inhumé demain.

 

La cérémonie aura lieu aujourd'hui à Paris à 14 heures. Il sera inhumé demain, dans l'intimité de la famille, en Lot-et-Garonne. Jean Castarède est décédé mardi 12 mai à l'âge de 81 ans. Marié à Marie-France, psychologue, père de trois enfants et plusieurs fois grand-père, Jean Castarède venait régulièrement à Mauléon-d'Armagnac. Économiste spécialiste du luxe, historien, essayiste et éditeur, il était également producteur d'armagnac à Mauléon, propriétaire du château de Maniban. Les armagnacs Castarède, dont les rênes sont tenus par Florence, sa fille, viennent juste de recevoir le prix de l'Innovation commerciale. Jean Castarède, officier de la Légion d'honneur, de l'Ordre national du mérite, commandeur des Arts et des lettres, était président des éditions France Empire pour lesquelles il venait de publier : « 40 partout », le dernier de la trentaine d'ouvrages parus. Humanisme et humour Après avoir fait HEC, l'ENA, il fut contrôleur d'État, directeur de cabinet à l'ORTF et a été directeur au ministère de la Culture et de la Communication sous l'autorité de quatre ministres, ancien président d'ENA-Recherche, président du Centre chorégraphique national du ballet atlantique. Il était un habitué du festival de Cannes où il se trouvait encore l'an passé. Jean Castarède était un homme à l'écoute des autres, intéressé par les gens différents de lui, comme on peut le lire dans son avant-dernier livre « Mon vice impuni », éditions France Empire. Avec un œil malicieux du chenapant, il regardait évoluer la société avec beaucoup d'humanisme, d'humour et de recul et une finesse d'analyse. Il avait beaucoup de tendresse pour la jeune génération qu'il exhortait à agir (« Découvrez vos talents », France Empire).

Gaëlle Richard
http://www.sudouest.fr/2015/05/19/jean-castarede-est-decede-1924606-2491.php

VALEURS ACTUELLES

Adieu à Jean Castarède

Par Bruno de CessoleYves de Kerdrel

Jean Castarède est mort à l'âge de 81 ans.
Hommage. Jean Castarède est mort le 12 mai 2015. Bruno de Cessole et Yves de Kerdrel ont tenu à lui rendre hommage. C’était, tout ensemble, un grand vivant et un humaniste, mot aujourd’hui dévalorisé, mais qui correspond bien à l’homme qu’il était, à la fois imprégné de culture et d’histoire, et féru de modernité, amateur d’art et de littérature mais aussi sportif acharné, comme en témoigne le livre, largement autobiographique, 40 partout, qui va sortir chez France-Empire, maison d’édition qu’il présidait depuis les années 1990. Jusqu’à sa disparition, à l’âge de 81 ans, Jean Castarède jouait au tennis, sport où il fut classé quarante années durant. Lorsque, dans un jeu, les deux adversaires se retrouvent à égalité à 40 partout, il faut que l’un des deux marque un point décisif pour gagner. À partir de cet exemple, l’auteur développe une réflexion sur le moment décisif, dans l’histoire des individus comme des sociétés, où un destin bascule dans un sens ou un autre. Ainsi de la France actuelle, que les contraintes de la mondialisation et les menaces islamistes placent devant un défi à relever pour ne pas s’enfoncer dans un irrémédiable déclin. Cette réflexion, Jean Castarède la nourrissait de son expérience professionnelle et d’une culture autant économique qu’historique. Diplômé de HEC et de l’Ena, il avait effectué une longue carrière dans les cabinets ministériels de Michel Guy, Françoise Giroud, Michel d’Ornano et Jean-Philippe Lecat avant d’entamer une nouvelle vie dans le secteur privé, de l’administration de festivals jusqu’à l’édition. Écrivain, il était l’auteur d’une trentaine de livres, romans, biographies, essais économiques et géopolitiques. À Valeursactuelles.com, il donnait depuis plusieurs semaines un pastiche des Chroniques de l’œil-de-bœuf sur l’actualité du moment, que les visiteurs de notre site suivaient en grand nombre et qu’ils regretteront. Que sa famille et ses amis acceptent nos sincères condoléances.    - Bruno de Cessole

LA DEPECHE - Jean Castarède n'est plus

Publié le 20/05/2015 à 03:49, Mis à jour le 20/05/2015 à 08:04

 

Armagnac

Il était né en 1934 à Bordeaux mais son cœur était gascon. Jean Castarède, propriétaire du château de Maniban à Mauléon-d'Armagnac, un des hauts lieux de la production d'eaux-de-vie d'armagnac, s'est éteint le 12 mai à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) à l'âge de 81 ans. Ses obsèques religieuses ont été célébrées cet après-midi à Paris et l'inhumation aura lieu ce mercredi 20 mai, dans l'intimité familiale à Barbaste (Lot-et-Garonne). Diplômé de HEC et de l'ENA, Jean Castarède a eu une vie professionnelle très riche. Contrôleur d'État, il fut un «Monsieur Culture» très écouté dans les cabinets ministériels, sous les présidences de de Gaulle à Mitterrand. Il fut aussi directeur de cabinet de Jean-Jacques de Bresson à l'ORTF avant de terminer sa carrière comme contrôleur d'État du cinéma... une de ses passions. L'an dernier, on l'avait vu au festival de Cannes et à Auch, Ciné 32 l'avait invité en 2006 pour le festival «Indépendance(s) et création». Économiste (spécialiste de l'économie du luxe), historien, essayiste, éditeur et producteur d'armagnac, Jean Castarède était bien de la trempe de ces géniaux touche-à-tout et l'humour n'était pas le moindre de ses talents. Il aimait passer l'été dans sa propriété gersoise où il se consacrait à l'écriture. On l'avait encore vu, en août 2013 à Condom venir dédicacer, à la librairie «Le Chat pitre», son livre «1610, l'assassinat d'Henri IV, un tournant pour l'Europe» qui lui avait valu le Grand prix littéraire de Gascogne lors du Printemps des éditeurs à Condom.

La Dépêche du Midi
http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/20/2107976-jean-castarede-n-est-plus.html

Syndicat National de l Edition- 

Le monde de l’édition est de nouveau endeuillé. Jean Castarède, économiste, éditeur, auteur, homme de lettre et de culture, est mort le 12 mai dernier, à l’âge de 81 ans.
Editeur de renom, il avait acquis en 2010 les éditions France-Empire, fondées en 1945 par Yvon Chotard, ancien président du Syndicat national de l’édition, continuant de publier une soixantaine de titres par an.
Jean Castarède était aussi l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages témoignant de l’intérêt qu’il portait à l’histoire, l’économie, la culture, l’Europe et l’histoire de la littérature…

Ancien élève de l’ENA, diplômé d’HEC, Jean Castarède avait eu au début de sa carrière une longue expérience dans les cabinets ministériels d’Alain Peyrefitte et d’Olivier Guichard. Il avait également dirigé le cabinet de Norbert Segard, de Jean-Jacques de Bresson à l’ORTF avant d’être nommé directeur au ministère de la culture et de la communication.
Le Syndicat national de l’édition adresse à sa famille et ses amis ses plus sincères condoléances. 

 

http://www.sne.fr/disparition-de-jean-castarede-proprietaire-des-editions-france-empire/

Le Festival de la Chanson Française rend hommage à son co-fondateur et président jusqu’en 2011, Jean Castarède. Ami des Arts et des Lettres, il a contribué à faire de cet évènement un des rendez-vous incontournables de l’automne.

Toute l’équipe garde en mémoire l’image d’un homme dynamique, toujours disponible, à la bonne humeur communicative.

 

http://www.festival-chanson-francaise.com/hommage-a-jean-castarede/

01 44 05 15 81